Politique fiction...Voire !

Publié le par Carland

L’histoire ce passe en 2012.

Deux vaches papotent tranquillement en longeant la voie de chemin de fer ou elles regardent habituellement passer les trains. Pour protéger leur anonymat, appelons les Hasta et La victoria.

Elles arrivent tout près d’un passage à niveau et là, Hasta demande à La victoria :

Tu te souviens de l’accident ?

Quel accident ?

Hasta, en regardant à droite et à gauche. Surtout à droite et même à l’extrême droite : J’te raconte vite fait le truc. Et puis baissant la voix : Brrr, j’en ai encore froid dans le dos. Donc comme d’hab. Je broutais près du passage à niveau, c’était dans les années 2008 2009 a peu près. Arrive un groupe d’humains qui s’arrêtent sur la voie, au passage à niveau et qui commencent à se chicaner… tu connais les humains !

Ben oui, mais de quoi ils parlaient (un peu pipelette La victoria), alors dit ?

Pour faire simple, ils se mettaient sur la gueule pour savoir qui parmi eux avait le droit de dire qu’il était de GAUCHE, ils se traitaient : Marsiste, trokiste, j’ten passe et des meilleures. Un truc de ouf, je te dis que ça (Hasta, aime bien parler j’neuns par moment !). Une éternité que ça durait…

Et alors ? Demande La Victoria de plus en plus excitée.

Alors ! Ca a fait SPLACHHHH… Un train de réformes plein à craquer leur est passé dessus. Dedans y avait : Services Publics, code du travail, Santé, Education, Retraites…. Rien que du lourd.

La Victoria est surprise : qu’est ce qui c’est passé après ?

Ah ça été le pire : juste après le SPLACHHHH, y a une chose bizarre qui est sortie en rigolant de la maison de gardien. Un humain sans doute ? Mais vilain que t’as pas idée, court sur patte, les épaules qui bougent dans tous les sens, des tics nerveux…  J’en fais encore des cauchemars !!!

La Victoria et ses idées à la con : un troll alors ?

M’enfin La victoria, y sont pas beaux, OK. Mais c’est pas une raison pour les insulter ! Les trolls y font pas peur eux, celui la si !!! Et la, je l’ai vu de mes yeux vu, relevé le panneau : UN TRAIN DE REFORME PEUT EN CACHER UN AUTRE. Et il rigolait, il rigolait… comme un malade ! Tu vois c’est depuis ce jour là qu’y a des trucs qu’ils appellent des miradors et que les clôtures sont en barbelés… Et dire que c’est cette chose qu’ils voulaient virer… On serait libre ! Mais non. A force de discutailler, ils n’ont même pas vu le train arriver !!!

La Victoria est larguée, elle ne comprend plus : mais pourquoi au lieu de s’engueuler, ils ne lui ont pas cassé la gueule au vilain pas beau pire qu’un troll ? Je pige pas !!!

Et Hasta de répondre : Bah les humains….

Elle s’éloigne, parce qu’en regardant à gauche, à droite et surtout à l’extrême droite, elle a vu que le gardien avec son pistolet qui électrise, la regarde de traviole. C’est qu’il n’y a même plus le droit de papoter… !

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article