SBFM : les salariés déterminés à ne rien lâcher

Publié le par Carland

               Hier après-midi, les salariés de la SBFM ont brûlé des palettes et des pneus devant la préfecture. : Béatrice Le Grand

Les salariés se sont invités hier sans prévenir à la préfecture à Vannes. Ils ont balancé des pièces de fonte et obtenu l’avancée de la réunion prévue au ministère de l’Économie.

Sur le calendrier des représentants du personnel, deux dates. La première : lundi 9, au Palais des congrès, comité d’entreprise extraordinaire. C’est là que la direction va présenter son plan de restructuration, avec 237 licenciements à la clef. La deuxième date, elle, a changé depuis hier. La réunion prévue au ministère ce l’Economie est avancée du 18 au 12 février.

La direction du groupe Zen cherche à prendre de vitesse le tribunal de commerce de Lyon. La CGT, elle, cherche à prendre de vitesse le groupe Zen. D’où la nécessité d’avancer les rendez-vous avec les pouvoirs publics. Pas trop contents de leur entrevue avec la sous-préfète de Pontivy, jeudi à Lorient (où elle assurait l’intérim), les représentants du personnel n’étaient pas enthousiasmés non plus de leur entretien avec le directeur de cabinet du préfet. « Pour eux, on n’est qu’un dossier parmi d’autres. La seule chose dont ils ont la trouille, c’est qu’on foute le feu. Mais on n’a pas d’illusion : c’est service minimum », résumait un membre de la délégation à sa sortie.

Besancenot avec eux

Cette « trouille », les grévistes l’ont très bien exploitée hier à Vannes. En assemblée générale, ils avaient décidé de se rassembler devant la préfecture. Ils y étaient déjà venus mercredi. Sans projectiles et sans matières inflammables... Hier, changement de programme. L’artillerie lourde était de sortie : porte-fusée, vilebrequins et autres spécialités caudanaises ont été balancés par dessus les grilles. Puis les pneus et les palettes ont été embrasés, à distance raisonnable des grilles. Mais le message est clair : plus la colère sera grosse, plus les morceaux de fonte seront petits. Et plus ils iront loin...

On n’en est pas là. Ce samedi au rassemblement de 10 h 30 devant l’usine, les grévistes espèrent susciter un réel élan populaire. Tout le week-end, avec les familles, ils occuperont l’usine. Lundi, ça sera chaud. Olivier Besancenot a confirmé sa présence. Il sera devant le Palais des congrès avec les manifestants. Et le plan du groupe Zen risque de ne pas passer comme une lettre à la Poste...


Yann LUKAS.

Ouest-France du samedi 07 février 2009

Publié dans SBFM

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article