Gaza : la violence redouble malgré le projet de trêve

Publié le par Carland

Jeudi soir, le Hamas a fait savoir à l'Egypte qu'il accepterait un cessez-le-feu d'un an renouvelable dans la bande de Gaza si Israël retire ses forces dans un délai d'une semaine et rouvre immédiatement les points de passage vers le territoire. Dans la journée, l'armée israélienne avait accru sensiblement sa pression sur la ville de Gaza. Dans les derniers combats, le bâtiment de la principale agence de l'ONU d'aide aux réfugiés palestiniens a notamment été endommagé, un hôpital du Croissant-Rouge touché par des obus et deux cameramen blessés. Le bilan de l'offensive israélienne a dépassé les 1.000 morts mercredi. "Insupportable" pour le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon.


Le geste en direction du cessez-le-feu pourrait venir du Hamas. Après une journée de violences intenses, l'organisation palestinienne a fait savoir jeudi soir qu'elle accepterait un cessez-le-feu d'un an renouvelable dans la bande de Gaza si Israël retire ses forces dans un délai d'une semaine et rouvre immédiatement les points de passage vers le territoire. Dans le même temps, les principaux dirigeants israéliens ont débuté une réunion cruciale à l'issue de laquelle "des décisions" sur un cessez-le-feu dans la bande de Gaza pourraient être prises. Sur la scène internationale, la pression se fait en tout cas de plus en plus forte : accusé de violer le droit international dans son offensive dans la bande de Gaza, Israël est notamment sur la sellette à l'Assemblée générale des Nations unies.

En cause : une nouvelle bavure alors que pour la première fois, des dizaines de chars israéliens, appuyés par l'aviation, ont pénétré jeudi en profondeur dans un quartier de Gaza-ville. Parmi les dernières cibles touchées, se trouve notamment un bâtiment de l'Unrwa, la principale agence de l'ONU d'aide aux réfugiés palestiniens. Trois employés ont été blessés. Sur Europe 1, un responsable français de l'Unrwa a parlé d'une attaque au phosphore blanc. Le secrétaire général de l'ONU s’est dit "scandalisé" et l’Unrwa a décidé de suspendre ses opérations à Gaza. Le Premier ministre israélien a présenté ses excuses mais a assuré de son côté avoir riposté à des tirs venant de ce bâtiment.

Toujours dans la journée de jeudi, un incendie s'est aussi déclaré dans l'hôpital Al-Quds relevant du Croissant Rouge palestinien après la chute d'obus israéliens. Dans cet établissement déjà privé d'eau, une cinquantaine de malades restent à évacuer. Sur Europe 1, un médecin a prévenu que la seule issue était désormais de sortir ces patients dans la rue. Deux cameramen palestiniens ont également été blessés dans une attaque israélienne contre un immeuble de Gaza abritant les bureaux de plusieurs médias arabes et internationaux. Face à ces combats, des centaines de familles palestiniennes ont commencé à fuir les lieux vers des zones plus proches du centre de Gaza-ville.

Israël a annoncé par ailleurs jeudi soir avoir tué Saïd Siam, un des chefs du Hamas. En réponse, la branche armée du Hamas a menacé de venger cette mort. Jeudi, les groupes armés palestiniens ont continué à tirer des roquettes sur le sud d'Israël. Selon l'armée, au total 25 roquettes tirées de la bande de Gaza se sont abattues jeudi sur le sud d'Israël, faisant un blessé grave. Les tirs de roquettes sur le sud d'Israël ont fait quatre morts depuis le 27 décembre. Selon un dernier bilan, dix militaires et trois civils israéliens ont été tués depuis le début de l'offensive.

Depuis le début de l'offensive israélienne dans la bande de Gaza le 27 décembre, 1.054 Palestiniens ont été tués, dont 355 enfants et 100 femmes et plus de 4.870 autre blessés, selon un dernier bilan fourni par le chef des services d'urgence à Gaza, Mouawiya Hassanein. Un décompte qualifié d'"insupportable" par le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon.

Source : http://www.europe1.fr/Info/Actualite-Internationale/Proche-Orient/Gaza-la-violence-redouble-malgre-le-projet-de-treve/(gid)/194744

Publié dans Guerre

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article