2012...

Publié le par Carland

Il se pourrait à présent peut-être bien que la "gauche" finisse par foutre Sarkozy dehors en 2012, et pourtant ce ne serait même pas une bonne chose. Explications.


Pour les socialos, il paraîtrait vaguement qu'il y aurait une sorte de réformes scélérates des retraites en cours, mais il s'en foutent complètement : la seule chose qui les remue, c'est leurs primaires visant à désigner un candidat unique P"S"-EE pour la prochaine présidentielle. De ce point de vue, ils finiront bien par trouver un accord, on leur fait confiance là dessus.
Le Frondgôche voudra peut-être faire un cavalier seul de premier tour pour ensuite se placer aux bon endroit si il y a des places à prendre ; qui sera leur candidat, Mélenchon ou autre n'a pas tellement d'importance.
Tout ce petit monde réunifié au deuxième tour sous le seul cri de "Tout Sauf Sarkozy" pourrait bien finir par arriver aux affaires avec les voix de gauche certes, mais aussi celles des électeurs centristes exaspérés et même d'une partie de la droite totalement excédée par les outrances de Sarko.
Et nous nous retrouvons avec les socialistes aux pouvoir et un gouvernement de "gauche diverse", ou de gauche colorée", peu importe.

Passé le premier moment un peu amusant à voir la tronche des umpistes en train de pleurer et lire les commentaires du Figaro.fr hurlant au retour du bolchévisme, il faudra bien quand même se poser la question de ce qui va vraiment se passer à ce moment ; puisque quand on prend du recul, et qu'on s'avise un tant soi peu de ce qui va nous tomber dessus dans les prochaines années, on aurait un peu tort de faite péter le Champomy tout de suite.
Parce que la crise.
Parce que les économies nationales de plusieurs pays européens qui passent dans le rouge les uns après les autres.
Parce que Jean-Claude Trichet trouve que mettre la Grèce en coupe réglée du FMI est une belle et bonne chose, et au diable les conséquences dramatiques que ça engendrera il faut sauver l'économie coûte que coûte même si les populations morflent. Et on peut faire confiance au Fond Monétaire International : elles morfleront, puisque partout où passe le FMI c'est pareil.

Et après la Grèce, à qui le tour ? L'Espagne ? Le Portugal ?
La France ?...
Parce que si vous pensez en chier en ce moment, dites-vous bien que c'est peanuts à côté de se qui se passera si le FMI nous fait tomber un plan d'austérité dessus ; et on ne peut pas, on ne peut plus en tout cas écarter l'hypothèse de ce genre de chose et y compris dans un avenir très proche.

Et la "gauche" au pouvoir, à ce moment là, elle fera quoi ?
Elle déclarera la rupture avec le capitalisme et lancera le pays sur les rails du Socialisme ? Je rappelle qu'on parle du gouvernement de Martine Aubry et de Daniel Cohn-Bendit.
Non : elle sera obligée d'appliquer les mesures préconisée par l'Union Européenne.
Et donc encore une fois, la "gauche" fera le sale boulot de la droite.

On voit donc que dans ces conditions, qui sont un ensemble d'hypothèses assez crédibles quand même, que foutre Sarkozy dehors serait certes une fort bonne chose, mais ne résoudra pas les problèmes.

Ensuite, si vous commencez de vous lamenter en disant "mais que faire mais que faire ???", je rappelle tout de même que c'est quand même les gens qui votent socialos depuis des lustres, et y compris par dépit mais votent socialos quand même, qui pourraient s'interroger sur cette frilosité politique perpétuelle qui les pousse à systématiquement choisir la gauche de droite pour faire pièce à la droite de droite. On peut gueuler tant qu'on veut sur les dominants, si les dominés qui disposent d'un bulletin de vote font n'importe quoi avec depuis des décennies, c'est pas sûr qu'on aille vers un mieux, c'est évident.

Alors bon, que dire...
Vous êtes en bonne forme physique, sinon ? Ce serait peut-être bien que vous repreniez le sport. Histoire de se remettre en condition, tout ça. Et penser à s'acheter de bonnes godasses, aussi. Disons qu'il y a des chances que ça puisse servir.

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article